JEAN-MICHEL FRANÇOIS

Né en 1955 à Namur (Belgique).

Études à l’Académie Royale des Beaux-Arts de Bruxelles.

Expose en Belgique et à l’étranger depuis 1977.

Les premières oeuvres utilisant une figuration franchement représentative, l’amènent rapidement à découvrir des lieux illusoires et souterrains.
Locus solus, selon l’expression de Jean-Pierre Verherggen à l’égard des travaux de cette époque (circa 1980)

S’écartant au fil des ans d’une représentation superflue, l’artiste utilise ce que l’on peut qualifier de « faux-semblant », brouillant de cette manière la perception qui en finalité n’aboutit qu’à la peinture, rien que la peinture.

L’ombre et la lumière utilisés comme vecteurs de cette picturalité mènent souvent  à une réflexion allant de la mystique (fausse) à la mélancolie.

Cités dans de nombreux ouvrages de références
(Bénézit, Dictionnaire des arts plastiques modernes et contemporains (Delarge ) – Art belge au XXie siècle – S.G. de Heusch

  • Prix Médiatine – Bruxelles – 1988
  • Prix René JanssensAcadémie Royale de Belgique – 1992
  • Prix Jos AlbertAcadémie Royale de Belgique – 1997
  • Oeuvres dans les collections publiques et privées

 

 

 

 


@